Qu'est-ce que la Communication Non Violente ?


 Communication Non Violente



« Notre incapacité à satisfaire nos besoins résulte plus d’un manque de dialogue et de créativité que d’un manque de ressources. »
Marshall B. Rosenberg


La Communication Non Violente (CNV) est un processus mis au point par Marshall Rosenberg, psychologue américain. Il repose sur une clarté de l’intention et sur une pratique du langage qui renforcent notre aptitude à conserver nos qualités humaines, même dans des situations délicates, et à favoriser la coopération en toutes circonstances.

Ce processus nous invite à être davantage conscients de nos perceptions, à accueillir et gérer nos émotions, à nous relier à nos besoins et nos motivations. Elle permet de « décoder » dans les messages des autres ce qu'ils veulent vraiment dire derrière des propos ou des comportements qui nous dérangent au premier abord. Sa force est d’apporter de la clarté par rapport à ce que nous vivons, nous voulons et nous disons.

Plus qu'un langage ou une technique de communication, c’est une invitation constante à concentrer notre attention là où nous avons le plus de chances de trouver ce que nous cherchons et de générer les changements que nous souhaitons voir autour de nous.



La Communication non-violente permet :

d’être plus conscient de l’impact de la communication sur la qualité des relations
de rester en relation avec soi-même et ce qui nous motive et de comprendre la situation et les motivations des autres
de clarifier les responsabilités respectives et faciliter les prises de décision
de retrouver une qualité de communication qui peut générer la confiance même lors de désaccord
de dépasser les situations relationnelles bloquées
de désamorcer les conflits et gérer les situations difficiles
de diminuer le stress
d’accroître la coopération et la co-construction, en interne comme avec les parties prenantes d'un groupe ou d'une organisation.



Quelques besoins humains fondamentaux

Les besoins sont universels. Ils sont des ressorts de motivation : ils mobilisent naturellement notre énergie pour agir.

En Communication non-violente, nous prenons soin de distinguer nos besoins des stratégies qui permettent de les satisfaire  : un besoin n’est pas quelque chose qu'on peut faire, prendre ou toucher. Il ne dépend d’aucune circonstance particulière comme d’aucune personne spécifique.


BESOINS EN LIEN AVEC LA SURVIE BESOINS DE LIBERTE
Abri Autonomie
Air, respiration Indépendance
Alimentation Emancipation
Evacuation Libre-arbitre (exercice de son…)
Hydratation Souveraineté
Lumière Spontanéité
Repos
Reproduction (survie espèce)
Mouvement, exercice BESOIN DE PARTICIPATION
Temps Contribuer au bien-être (de soi, de l'autre)
Rythme (respect du) Contribuer à l'épanouissement (de soi, de l'autre)
Coopération
Concertation
BESOINS DE SECURITE Co-évolution, co-création
Confiance Connexion
Harmonie Expression
Paix Interdépendance
Préservation (du temps, de l'énergie)
Protection
Réconfort BESOIN D'IDENTITE
Sécurité (affective et matérielle) Appartenance identitaire
Soutien Authenticité
Confiance en soi
Estime de soi, de l'autre
BESOINS RELATIONNELS Evolution
Appartenance Respect de soi, de l'autre
Attention Intégrité
Commmunion
Compagnie
Contact BESOIN DE CELEBRATION
Empathie Appréciation
Intimité Contribution à la vie (des autres, de la mienne)
Partage Partage des joies et des peines
Proximité Prendre la mesure du deuil et de la perte
Relations affectives (d'une occasion, d'une relation, d'un rêve…)
Amour Reconnaissance
Chaleur humaine Ritualisation
Délicatesse, tact
Honnêteté, sincérité
Respect
BESOINS DE SENS
Clarté
Compréhension
Discernement
Orientation
Signification
Transcendance, unité



Pour aller plus loin sur le sujet des besoins, vous pouvez consulter l'article qui leur est consacré : Les besoins.



Retenons globalement une dizaine de familles :

1. Servir la vie, respecter les cycles et les rythmes…
2. Sécurité, protection et subsistance…
3. Amour, respect, reconnaissance…
4. Communiquer, partager, échanger, appartenance, intégration…
5. Comprendre, apprendre, expérimenter, évoluer…
6. Autonomie, liberté…
7. Imaginer, créer, …
8. Identité, exister…
9. Jeu, détente, humour, célébration, loisirs…
10. Sens, spiritualité, beauté…


Quelques habitudes nuisibles à la communication (elles sont l’expression indirecte des besoins) :

Les étiquettes (« il/elle est comme çi ou comme ça »)
Les jugements, souvent binaires (bien/mal, raison/tort, normal/pas normal, vrai/faux...)
Les comparaisons
Le langage refusant le choix la responsabilité de nos actions: « il faut, on doit »
Les exigences, les ordres, la menace, la culpabilisation
Les sacrifices : agir pour faire plaisir, sans tenir compte de ses besoins propres
Les punitions et récompenses : susciter l’action par crainte ou en vue d’obtenir une récompense et non par réelle motivation



Enrichir notre vocabulaire des émotions et des sentiments


Nos émotions et nos sentiments nous sont très utiles. Ce sont des signaux, transmis par notre corps, directement reliés à nos besoins. Ils nous disent si nos besoins sont satisfaits ou insatisfaits.

Lorsque nos besoins sont satisfaits nous pouvons nous sentir :


admiratif émoustillé mobilisé à
alerte ému optimiste
amoureux en effervescence paisible
amusé en harmonie passionné
apaisé en extase ragaillardi
attendri en sécurité rassasié
attentif enchanté rassuré
aux anges encouragé ravi
béat enjoué reconnaissant
bien disposé enthousiaste régénéré
bouleversé étonné regonflé
calme éveillé réjoui
captivé exalté remonté
comblé excité revigoré
confiant fasciné satisfait
content fier serein
curieux frémissant de joie, de surprise soulagé
de bonne humeur gai stimulé
décontracté heureux submergé
délivré hilare sûr de soi
détendu inspiré surexcité
ébahi intrigué surpris
ébloui joyeux touché
égayé léger tranquille
électrisé libre transporté de joie


Lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits, nous pouvons nous sentir :






à bout désolé mal assuré
abasourdi désorienté malheureux
abattu déstabilisé mécontent
accablé détaché méfiant
affligé écoeuré mélancolique
agacé effaré navré
agité effrayé nerveux
alarmé embarrassé paniqué
amer ému pas intéressé
angoissé en colère peiné
anxieux énervé perplexe
apeuré ennuyé perturbé
atterré épuisé pessimiste
blessé exaspéré piqué à vif
bouleversé excédé piteux
cafardeux excité préoccupé
chagriné fâché remonté
choqué fatigué résigné
confus fragile sceptique
consterné frustré secoué
contrarié furieux sensible
coupable gêné seul
craintif glacé de peur sidéré
crispé haineux soucieux
débordé hésitant soupçonneux
déconcentré honteux stupéfait
découragé horrifié surexcité
déçu horripilé sur le qui-vive
défait impatient surpris
dégoûté incommodé terrifié
de mauvaise humeur inquiet tourmenté
démoralisé insatisfait transi
démuni instable tremblant
dépassé intrigué triste
dépité irrité troublé
déprimé jaloux ulcéré
dérouté las vexé
désabusé lassé vidés
désemparé lourd
désespéré mal à l'aise




Pour aller plus loin sur le sujet des sentiments, vous pouvez consulter l'article suivant : Emotions et sentiments.



Mots utilisés comme des sentiments qui sont en réalité des interprétations ou des jugements masqués : 



abandonné étouffé nié
abusé exploité nul
acculé fautif obligé
accusé floué offensé
agressé forcé pas accepté
agrippé foulé aux pieds pas aimé
arraché harcelé pas apprécié
assailli humilié pas cru
attaqué ignoré pas entendu
bafoué inadéquat pas voulu
bête incapable persécuté
blâmé incompétent piégé
bluffé incompris piétiné
bousculé indésirable pressuré
bridé indigne pris en faute
calomnié insulté protégé
coincé intimidé provoqué
contraint invisible rabaissé
coupable jeté refait
déconsidéré jugé rejeté
dégradé laissé pour compte ridiculisé
délaissé lamentable roulé
dénigré largué sali
détesté maltraité sans valeur
dévalorisé manipulé stupide
diminué materné surchargé
dominé menacé surmené
dupé méprisé trahi
écarté minable trompé
écrasé mis en cage utilisé
entraîné mis sous pression vaincu
escroqué négligé violé


Pour aller plus loin sur le sujet des jugements masqués et autres étiquettes, vous pouvez consulter l'article suivant : Les jugements.


Petite bibliographie


Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs), Marshall B. Rosenberg, Ed. La Découverte, 1999, 2005
La Communication NonViolente au quotidien, Marshall B. Rosenberg, Ed. Jouvence, 2003
Dénouer les conflits par la Communication NonViolente, Marshall B. Rosenberg, Gabriele Seil, Ed. Jouvence, 2006
Cessez d’être gentil, soyez vrai !,Thomas d’Ansembourg, Les Ed. de l’Homme,